Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 17:41

Sujets abordés : @mail.net, bulletin de salaire clarifié, bilan campagne de promotion, heures supplémentaires, SIRHUS, conventions accompagnement global, télématique embarqué dans véhicule de service, ASC

 

Mail.net : point

 

Tendances :

Volume de courriels : en 2016 a été observée une augmentation du nombre de courriels, générant de fait un accroissement du nombre de messages émis par Pôle emploi (mails sortants) de 52 904 en mars 2016 à 80.824 en mars 2017, soit une augmentation de 52% en un an.

Les échanges par mail « tout émetteur » semblent se stabiliser sur 2017 : de 146 720 en janvier à 146.725 en mars.

On note un début de baisse sur le mois d’avril : 108 955 (-26% sur un mois).

S’agissant des questions GDD, les APE se sont organisées par rapport aux ressources Indemnisation disponibles :

Certaines ont mis en place un relais GDD qui répond à la question puis transfère au conseiller référent (la réponse reste à la main du conseiller référent), d’autres s’appuient sur les collaborateurs en charge de l’indemnisation pour apporter les réponses directement aux demandeurs d’emploi.

En PACA 32,2 % des courriels « tout émetteur » émanent de collaborateurs GDD, ce qui représente 75 % des courriels sortants.

 

Nature des demandes

A la mise en place des courriels, il avait été établi que 75% des sollicitations concernaient des questions sur les droits du Demandeur d’emploi et étaient de ce fait transférées pour réponse aux ressources Indemnisation. Une récente étude menée en février 2017 sur des échanges mails du mois de novembre 2016 en PACA montre que sur une cohorte de 775 échanges mails :

  • 35% concernent principalement l’indemnisation
  • 25% des questions liées au placement
  • 24% des prises ou annulations de RDV
  • 15 % les aides et mesures
  • 3% la gestion de la liste.

 

Bonnes pratiques observées dans le réseau

  • Procédure « Fil rouge » : le conseiller dit Fil rouge est un GDD qui est en appui des CDDE pour toutes questions Indemnisation pour lesquelles le CDDE n’a pas trouvé par lui-même la réponse : il est planifié à la journée et sa localisation est identifiée (bureau et RDVA)
  • La Charte du « nôme » : par modalité de suivi et accompagnement, des trinômes sont identifiés et une Charte « mail.net » est affichée pour constituer des binômes/trinômes en agence et pallier les absences de conseillers.

 

La CFE-CGC Métiers de l’emploi demande si il y a déjà des éléments sur l’expérimentation consistant à donner aux DE le mail.net d’un agent GDD.

  • L’établissement précise que l’expérimentation est encore en cours.

 

La CFE-CGC Métiers de l’emploi s’interroge sur le transfert des mails.net d’un conseiller à l’autre lors d’absences « courtes » (1 semaine). N’est-il pas préférable de reporter de quelques jours la réponse qui sera faite par le conseiller attitré plutôt que de faire intervenir un autre conseiller ?

  • L’établissement précise que le délai le plus court est de mise.

 

La CFE-CGC Métiers de l’emploi demande si la Direction a prévu une évolution informatique de l’outil @mail.net.

Par exemple, rendre obligatoire le numéro d’identifiant du DE dans l’objet du message afin que le conseiller n’ait pas à effectuer la recherche dans AUDE.

De même, vu le nombre important de courriel, la CFE-CGC demande s’il n’est pas possible d’insérer une liste déroulante des motifs de contact afin de réorienter vers l’espace personnel en cas de besoin. Cela concernerait par exemple les annulations de RDV (possibilité d’annuler un RDV dans l’espace personnel sans intervention d’un conseiller) ou encore pour initier une demande d’aide à la mobilité.

Ces « réorientations » permettraient de générer moins de flux de courriels et ainsi dégager du temps aux collègues notamment ceux qui possèdent un portefeuille de suivi …

 

Mise en place du bulletin de salaire clarifié

Il s’agit d’une obligation légale à compter du 1er janvier 2017

 

But : donner du sens au bulletin de paie, rendre plus compréhensible les fondements du système français de solidarité.

Les lignes détaillant les cotisations de protection sociale sont regroupées par risque couvert et non plus par Caisse.

Les libellés relatifs aux cotisations sociales regroupées par risque couvert sont normalisés et fixés par l’arrêté ministériel.

Les contributions dues uniquement par l’employeur sont regroupées en une seule ligne.

La référence de l'organisme auquel l'employeur verse les cotisations de sécurité sociale est supprimée.

Le montant total versé par l’employeur : la rémunération brute, les cotisations et contributions à la charge de l’employeur, déduction faite des exonérations et exemptions.

Pas d’impacts sur la structure constituant la rémunération brute, c’est-à-dire le détail versé (salaire de base ou traitement de base, prime d’ancienneté, heures supplémentaires, valorisation des congés pris,…)

 

 

Bilan de la campagne de promotion 2016-2017

Nombre de Coefficients (540) Nombre Art 19 (49) Nombre de primes (181)

DRA Opérations hors DT 53 5 21

DT Bouches du Rhône 182 15 63

DT Vaucluse 53 7 23

DT Alpes Maritimes 97 7 13

DT Var 86 8 28

DT Alpes 30 3 5

DRA Administration, Finances Gestion - Maîtrise des Risques 20 2 11

CIDC 3 0 4

Direction Régionale et Directions Rattachées 16 2 13

 

Recours : le délai de traitement des recours est à nouveau soulevé, 3 mois au niveau régional et 10 de plus pour le passage au national.

 

Utilisation du contingent annuel d’heures supplémentaires et heures supplémentaires du Samedi (prévisionnel 2017)

Afin de tenir compte de la charge, à titre exceptionnel, les applicatifs des agences seront ouverts le Samedi de 8 h à 13 h selon le calendrier communiqué par la DGA SI à savoir :

11 mars, 15 avril, 6 mai, 10 juin, 8 juillet, 5 août, 9 septembre, 7 octobre, 14 octobre, 4 novembre, 9 décembre.

 

Ces heures supplémentaires « en cas de besoin » seront réalisées sur la base exclusive du volontariat et sont ouvertes à toutes personnes pouvant contribuer à l’activité.

 

Bilan 2016 des heures supplémentaires

Budget : 21500 heures

Nombre d’heures payées 14189

Soit 66 % consommés.

 

Présentation de SIRHUS

La mise en place d’un SIRH en mode SaaS, en remplacement d’une partie du SIRH actuel devenu technologiquement obsolète et complexe à faire évoluer.

Une solution de gestion des RH intégrée couvrant les enjeux métiers prioritaires à destination des professionnels RH, des managers et des agents : formation et accompagnement managérial, développement RH (Carrière, recrutement et mobilité, promotion).

Un futur SIRH à disposition du manager afin de faciliter la gestion des ressources humaines de son équipe.

 

Les apports d’un SIRH avec la technologie SaaS

Le mode SaaS consiste à bénéficier d’une solution fournie par un éditeur de logiciel, hébergée sur le web. Il est stable tout en étant paramétrable et sécurisé. De nombreuses grandes entreprises sont passées en mode SaaS ces dernières années, et notamment des organisations publiques ou en réseau.

 

A compter de 2017:

Migration progressive des processus de formation et d’accompagnement et de développement des Ressources Humaines.

 

Une plateforme partagée pour tous les concepteurs de formation

Une plateforme de distribution de l’offre de formation, permettant la diffusion des catalogues de formation, ainsi que des contenus de formation accessibles en distanciel (E-learning)

Des fonctionnalités pour tous les acteurs permettant de partager les informations concernant une formation (lieu, objectifs de formation, supports, etc) et plus spécifiquement pour la fonction RH de programmer, planifier les plans de formation, organiser les sessions, gérer les inscriptions,…

Un portail de recrutement interne et externe, permettant de faciliter la diffusion d’offres d’emploi, la gestion des candidatures et des viviers

Des fonctionnalités sur le champ du développement RH pour outiller les entretiens existants (EPA, EP,…)

Un portail pour les agents et les managers leur permettant d’accéder aux informations RH: formulaires et historiques d’entretiens, passeport formation, organigramme de l’équipe, tableaux de bord RH….

Un environnement sécurisé dans le cadre d’un appel d’offre européen qui a permis à la Direction des systèmes d’information de vérifier la bonne application des normes en vigueur.

 

Conventions départementales sur l’accompagnement global et spécifiquement l’annexe du département 13 sur les CEF

 

A fin décembre 2016, 11 881 demandeurs d’emploi de la région étaient accompagnés, ce qui représente un taux d’atteinte de 101% de l’objectif régional sur l’exercice 2015-2016 correspondant à la première période de conventionnement FSE.

Au cours de cette période, 3 342 personnes ont quitté le dispositif sur une sortie positive, soit 28% des personnes accompagnées, dont 2 738 sur emploi, ce qui représente 23% des entrées, ce qui est très satisfaisant compte-tenu des publics accompagnés.

A titre de comparaison, le taux moyen de sorties pour emploi de la DEFM A B (Sorties déclarées) est de 20%.

 

Les relations avec les Conseils départementaux de la région sont bonnes tant du point de vue « politique » qu’opérationnel à l’exception du département du Var.

Les relations techniques sont de bon niveau, les modalités de gouvernance sont en place (comités de suivi et de pilotage installés et réguliers).

Malgré quelques bonnes pratiques ici ou là (diagnostic tripartite dans le Vaucluse, par exemple), la phase de diagnostic partagé reste administrativement complexe sur la plupart des territoires, ralentissant l’entrée des demandeurs d’emploi dans la modalité et générant parfois une « évaporation » des publics en raison des délais d’attente ;

Les conseillers dédiés bénéficient d’une animation par la DR et les DT.

 

2017 est une année particulière car elle assure la transition entre la période de conventionnement précédente (2015-2016) et la prochaine (2018-2020) qui clôturera la période de programmation 2014-2020 du FSE en France.

C’est pourquoi une nouvelle convention financière est prévue sur la seule année 2017.

 

Information sur le déploiement de la télématique embarquée sur les véhicules de Service

En application de la circulaire n° 5767/SG du 16 février 2015, Pôle emploi s’engage progressivement dans une stratégie d’acquisition de ses véhicules de service par le remplacement progressifs des véhicules actuellement détenus en location longue durée par des véhicules en propriété.

Le risque routier fait partie des risques identifiés dans le cadre du Document Unique. L’employeur, par l’art. L4121-1 du code du travail, a une obligation de résultat concernant la mise en place d’actions de prévention, d’information et de formation pour assurer la sécurité et protéger la santé physique des travailleurs

Afin de professionnaliser et optimiser la gestion de sa flotte automobile, Pôle emploi a décidé d’installer une solution de télématique embarquée sur tous les véhicules de service.

 

Pour l’agent

Chaque agent peut bénéficier, via un site dédié, d’une vision de sa conduite tant au niveau écologique qu’au niveau de la sécurité. Ces données sont personnelles et non accessibles aux autres agents (y compris les hiérarchiques et les chefs de parc). Grâce à cette vision, les agents peuvent demander une formation de sensibilisation aux risques routiers et à l’éco-conduite (module de formation disponible dès l’été 2017) et mesurer leurs progrès.

Le risque d’accident du conducteur et son impact environnemental est diminué par la mise en place du badgeage télématique associé à la formation

La remise des clés des véhicules en auto partage est facilitée par le badgeage nominatif lequel permettra d’ouvrir automatiquement le véhicule

 

Pour l’établissement

Chaque région peut professionnaliser la gestion de sa flotte automobile grâce à la télématique et aux outils de « Fleet Management » intégrés La sinistralité actuelle au sein de PE est en augmentation (+10% en 2016, avec 310 sinistres) et est supérieure aux autres établissements comparables, notamment en termes de sinistres corporels. Par ce système, PE installe une formation à la prévention du risque routier et une mesure des progrès Individuels en matière de sécurité routière.

S’assurer du respect de la règlementation et de l’instruction sur l'utilisation des véhicules de service.

La transmission de l’identité du conducteur aux autorités en cas de contravention au code de la route est facilitée et sans contestation possible.

Seule l’identification nominative permet la mise en place d’un dispositif d’auto-partage.

 

Partager cet article

CFE-CGC métiers de l'emploi PACA - dans Comité d'Etablissement (CE)